L'ESPACE FRANCOPHONE AIDS 2016

actualités
Retour au catalogue des Associations

Durban au jour le jour : jeudi 21 juillet

Les chiffres du jour

100$ (environ 90€) par personne et par an : le prix d'une combinaison en dose fixe de première intention, prix en baisse de 26% depuis 2014.
286 dollars (258 euros) par personne et par an minimum : le prix minimum d'un traitement de deuxième intention, en baisse de 11% depuis 2014.
1 859 dollars (1 681 euros) par personne et par an : pour un traitement dit ‘de rattrapage' soit 18 fois plus cher qu'un traitement de première intention, et plus de six fois plus cher que les traitements de deuxième intention.
En savoir plus : Rapport de MSF

La photo du jour

L'Inde restera-t-elle la « pharmacie des pays en développement » ? Manif des activistes au media center (DR F.P.)

L'interview du jour

Ruth Dreifuss, ancienne présidente suisse, co-présidente du Groupe de haut niveau sur l'accès aux médicaments du Secrétaire général des Nations Unies : « Il nous faut trouver un système qui non seulement crée des médicaments mais qui les rende accessibles c'est à dire dont les prix ne soient pas exorbitants ! »

La conviction du jour

Il faut la PrEP pour tous ! Yves Yomb, Africagays contre le sida

L'étude du jour

Mieux connaître les HSH en Afrique de l'Ouest
Lire l'étude

La question du jour : co-infection TB/VIH

Table ronde à l'Espace francophone mercredi : Que faut-il retenir ? Serawit Bruck-Landais
Cette table ronde sur la co-infection TB et VIH nous avons vu qu'il y a eu des progrès dans le dépistage de la TB mais il reste à mettre ceci à l'échelle. La résistante aux traitements de la TB est aussi très préoccupante surtout en Asie du Sud Est. La coordination des programmes de prise en charge VIH et TB doit être améliorée en mettant le patient au centre et en favorisant des approches innovantes pour le depistage et la mise sous traitement.
Malgré le besoin, l'intégration des programmes fait face à des complications comme manque d'information et différence de culture de travail. Pour pouvoir travailler ensemble et répondre à des appels d'offres des bailleurs internationaux, il faut que chaque maladie arrive avec le gap identifié. Encore une fois, c'est l'engagement de la communauté qui bougera les lignes.

Pour aller plus loin :
From Policy to Practice : How the TB-HIV Response is Working
par Action, global health advocacy partnership